Aliénation parentale

Accueil / Glossary Item / Aliénation parentale

Aliénation parentale – ou syndrome d’aliénation parentale

Le syndrome d’Aliénation Parentale (abrégé en SAP) est une notion introduite par Richard A. Gardner au début des années 1980, faisant référence à ce qu’il décrit comme un trouble dans lequel un enfant, de manière continue, rabaisse et insulte un parent sans justification. Selon Gardner, ce syndrome apparaîtrait en raison d’une combinaison de facteurs, comprenant l’endoctrinement par l’autre parent (presque exclusivement dans le cadre d’un conflit sur la garde de l’enfant) et les propres tentatives de l’enfant de dénigrer le parent ciblé1. Gardner a introduit ce terme dans un article publié en 1985, décrivant un ensemble de symptômes qu’il avait observé au début des années 1980.

Le syndrome d’Aliénation Parentale est défini comme un trouble dans lequel l’enfant est préoccupé par l’un de ses parent, le critique, le déprécie et le dénigre d’une manière excessive. Gardner a déclaré que le SAP se produit lorsque, dans le contexte de conflits pour la garde de l’enfant, un parent, délibérément ou de manière inconsciente, essaye d’aliéner un enfant de l’autre parent. Selon Gardner, le SAP est caractérisé par un ensemble de huit symptômes qui apparaissent chez l’enfant. Ils comprennent :

  • une campagne de dénigrement et de haine contre le parent ciblé ;
  • des rationalisations/argumentations faibles, absurdes et frivoles de ce dénigrement et de cette haine ;
  • l’absence d’ambivalence pour le parent ciblé ;
  • des affirmations fortes que la décision de rejeter le parent appartient à lui seul (le « phénomène du penseur indépendant ») ;
  • un soutien intentionnel au parent favori dans le conflit ;
  • l’absence de culpabilité vis-à-vis de sa façon de traiter le parent aliéné ;
  • l’usage de scénarios et de phrases empruntés au parent aliénant ;
  • un dénigrement non seulement du parent ciblé mais aussi de sa famille étendue et de ses amis

Aliénation parentale : quand l’enfant rejette un parent

Les psychiatres et les juges aux affaires familiales sont de plus en plus souvent confrontés à des cas de rejets inexpliqués d’un parent par son enfant, le plus souvent après un divorce.

Les symptômes de l’aliénation parentale

Toute la difficulté est de faire un diagnostic de ce syndrome d’aliénation parentale lorsqu’un enfant rejette l’un de ses parents. Comme pour tout diagnostic en psychiatrie, c’est un regroupement d’arguments qui va permettre de parler d’aliénation parentale. Le plus important est d’évaluer la qualité de la relation antérieure avec le parent aliéné : si celui-ci a été très absent ou violent, on ne peut pas parler d’aliénation parentale.

Cela peut davantage s’apparenter à un diagnostic de maltraitance sur mineur.

« On ne protège pas la sécurité de la relation en privant l’enfant de la connaissance de l’autre parent. C’est au contraire, la promesse d’une très grande insécurité future, et qui serait déjà présente dès la mise en oeuvre d’une telle mesure, puisque c’est une annulation d’une partie de l’enfant par laquelle il lui est signifié implicitement que cet autre est quelqu’un de dévalorisé et de fautif. »
Françoise Dolto,
Quand les parents se séparent.

Catherine Girard-Reydet
Avocat aliénation parentale
Droit de la famille
Tel: +33 (0)1 86 95 25 33

Aliénation parentale
5 (100%) 5 votes
« Back to Glossary Index
This entry was posted in . Bookmark the permalink.